Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 11:05



Pour feuilleter les premières pages de l'album, cliquez... ici.

L'album tient à la fois du récit de vie, du récit fantastique et de la fable. Albert, jeune lapin écolier victime des moqueries de ses camarades, se transforme soudain en monstre effrayant avant de renoncer à sa colère sur la demande de sa petite sœur. L’évolution des sentiments et du comportement d’Albert amène le jeune lecteur à s’interroger sur les règles de base de la vie collective et sur la distinction à opérer entre vie privée et vie publique. Il réfléchira aussi au fait de donner un surnom, qui n'est jamais anodin. La richesse de la langue comme des effets graphiques donne largement à voir, comprendre et interpréter l’histoire. Les pistes de lecture que nous vous proposons s’adressent à des enfants de Grande section et de CP.


I. Entrée dans l’album

Observation de la couverture, c’est-à-dire 1ère et 4ème ensemble pour découvrir l’image complète.

S’interroger sur les personnages : qui sont-ils ? (surtout le personnage dont on ne voit que les pieds et le ventre). Que font-ils ? Qui peut être Albert ?

En  relation avec les pages de garde, repérer la dominante rouge, ainsi que l’élément commun (l’étiquette que l’on identifiera page 8) ; s’interroger sur les valeurs symboliques de cette couleur, et sur ce que peut représenter le mystérieux élément.

Comparer les pages de titre et les pages 32-33 : observer leur symétrie (feuilles mortes, cartable, prénom d’Albert écrit à l’endroit, puis à l’envers) mais aussi les différences : à la fin de l’album, présence d’un nouveau personnage, d’une dédicace. On reviendra à l'interprétation de ces pages 32-33 après la lecture de l’histoire.


II. Lecture-découverte de l’album

Nous proposons un découpage du récit en 3 épisodes  qui soulignent sa structure narrative telle qu’elle peut être abordée dès la grande section.

a) Épisode 1, pp.6 – 11 : le problème

Faire découvrir simultanément le texte et les images.

Images + texte : mise en place du système des personnages (couple Nénuphar-Albert, autres personnages) ; explicitation des notions de prénom et de surnom, préalable nécessaire pour comprendre pourquoi Albert accepte un surnom de sa sœur mais pas de ses camarades ; mettre en place un échange autour de cette question.

Pp. 10-11, discuter sur l’incident : s’agit-il d’un accident ou d’une mauvaise farce ?

Texte : faire identifier qui parle dans les passages de discours, car ce n’est pas précisé.

CP : Repérer les effets typographiques et s’interroger sur leur rôle.

Repérer le rythme du texte en écoutant la lecture magistrale et en relevant ce qui va par trois.

Observation des images : p.7, quel est le lieu représenté ? Repérer les couleurs et en déduire l’atmosphère qu’elles évoquent. En CP, lire les noms disséminés dans l’image. Comparer pp. 7 et 9 : le grand Albert de la p.7 devient petit p.9. Observer les physionomies.
CP : repérer où est  le cartable d’Albert : qu’a-t-il pu se passer ? pp.10-11, observer les attitudes des personnages pour alimenter le débat.

b) Épisode 2, pp.12 – 23 : la transformation

pp.12-13, lire « et soudain », faire observer l’image pour que les élèves imaginent ce qui peut se passer, puis lire le reste du texte.

pp.14-15, commencer par observer l’image pour repérer les changements physiques d’Albert, puis lire le texte ; se questionner : en quoi se transforme-t-il ?

pp.16-17, lecture simultanée du texte et de l’image ; constater que l’image p.15 annonçait avant le texte la transformation des griffes.

pp.18-19, observer d’abord l’image : que regardent les personnages ? Que ressentent-ils ? Où est Albert ? Lire ensuite le texte et identifier les informations supplémentaires qu’il donne. Avant ou après lecture du texte, on peut demander aux élèves de dessiner Albert transformé.

pp.20-23, lire simultanément le texte et les images.  Repérer le troisième nom d’Albert et, p.23, ce qui va par trois. Faire anticiper sur la suite du récit.

Avant de passer à l’épisode suivant, élaborer un tableau récapitulatif : les trois noms (Bibi, Albert, Bébert), les personnalités correspondantes, les destinataires.

Sur l’ensemble de l’épisode, il sera intéressant de chercher Albert dans les images, ce qui n’est pas toujours facile. On pourra aussi travailler sur les contrastes : doux-hirsute, petit-grand, gentil-méchant…

c) Épisode 3, pp.24-31 : le retour au calme

pp.24-25, observer l’image : identifier les personnages, la situation de dialogue entre Nénuphar et Albert ; confronter avec les hypothèses précédentes, imaginer ce que les personnages peuvent se dire. Lire le texte et répondre à la question induite par « Bébert ? Albert ? Bibi ? » en  justifiant par l’image ou ce que l’on connaît de l’histoire. On pourra revenir à la page 17, puis à la page 10 pour observer que Nénuphar est là depuis un moment (oreilles).

pp.26-27, repérer dans l’image les signes de transformation : dents plus arrondies, yeux plus ronds, expression du visage ; au besoin, comparer avec la page 20. Discuter : pourquoi « Bébert » renonce-t-il à sa colère ?

pp.28-31, lire simultanément le texte et l’image ;
commenter la fin du récit :
GS : est-ce que cette histoire se termine bien ? Pourquoi Albert est-il réconcilié avec ses copains ? (ils ne se moquent plus de lui, et lui ne veut plus faire de grosses colères).
CP : Pourquoi les copains  se mettent-ils à l’appeler Albert ? Que veut dire « c’est Albert qu’on préfère ? » ?  Reprendre le tableau élaboré précédemment et compléter à partir des réponses obtenues. Revenir sur la comparaison entre la page 32 et la page de titre pour alimenter la réflexion ou la poursuivre : le prénom Albert inscrit à l’endroit puis à l’envers pour représenter les deux facettes du personnage. Revenir sur le rôle de la dédicace (premiers destinataires du message ? inspirateurs de l’histoire ?) et repérer page 10 le cartable « Noah ».


III. Activités de prolongement

a) Arts visuels :

GS : travailler sur la couleur : les couleurs douces- violentes, les contrastes de couleurs, créer un album-imagier avec des objets rouges, roses…(après relevé dans l’album) (cf.albums photos de Tana Hoban chez Kaléidoscope) ; sur le même principe, travailler sur le contraste grand-petit, ou gentil-méchant à partir d’images, d’illustrations d’albums, de photos collectées.

CP : travailler sur les points de vue en revenant sur les illustrations (Albert représenté en plongée, contreplongée, de loin, de très près, hors champ) et en prenant des photos selon ces divers points de vue : mes camarades, des objets du quotidien vus sous des angles inattendus ; là encore, les albums de Tana Hoban ou d’Istvan Banyai (circonflexe)  peuvent servir de références.

Aux deux niveaux, on peut proposer de transformer un doudou ou un personnage « mignon » en monstre.  En GS, on peut accompagner de la lecture de l’album « Le doudou méchant », de C.Ponti.

b) Langage :

GS : travailler sur les notions de prénom, nom, surnom, en partant des éventuels « petits noms » donnés à la maison, entre copains ; se chercher un surnom pour rire à la manière de l’album ( X  le ou la..+nom ou adjectif). Mimer et faire la voix de Bibi, Bébert, Nénuphar.

CP : travailler sur le vocabulaire  du sentiment et de l’émotion, à partir des contrastes observés : médusé-inquiet-paniqué-terrorisé-tremblant, méchant-terrible-affreux etc… On peut mettre en relation avec un passage de l’album de C.Ponti, La revanche de Lili Prune (École des loisirs). Travailler sur les expressions associant couleur et émotion : colère noire, rouge de colère ou de honte, peur bleue, vert de rage, rose de plaisir…

c) Culture littéraire : Mises en réseau.

1. Apprentissage de la vie en collectivité

- Marcel et Hugo, Anthony  Browne, Kaléidoscope

- Pas de baiser pour maman, Tomi Ungerer, École des Loisirs collection mouche

- Le chien invisible, Claude Ponti, École des Loisirs (plutôt CP)

- P’tit Lulu fait sa rentrée, Christophe Loupy,Belin jeunesse

- Transformations

- Salomon le clou rouillé, William Steig, Kaléidoscope

- Mathieu, Grégoire Solotareff, École des Loisirs

- Pauvre Verdurette, Claude Boujon, École des Loisirs

Penser aussi aux contes traditionnels, comme celui du roi crapaud ou de la princesse grenouille ; avec des CP, on peut également renvoyer  au personnage de l’incroyable Hulk, qui se transforme aussi sous le coup de l’émotion.

2. Valeurs du nom, construction de l’identité

- Marcel la mauviette, Anthony Browne, Kaléidoscope

- Yoko, Rosemary Wells, Gallimard jeunesse ( convient aussi pour la première mise en réseau)

- Ne m’appelez plus mon petit lapin, Grégoire Solotareff, École des Loisirs

- Un chat est un chat, Grégoire Solotareff, École des Loisirs (convient aussi pour la 2ème mise en réseau)

- Bob, Bob le zèbre ? Bob le singe… Myriam Picard, Ricochet

- Léonard, Wolf Erlbruch, Être (plutôt CP)

- L’arbre sans fin, Claude Ponti, École des Loisirs (plutôt CP)

Partager cet article

Repost 0

commentaires